by Paradis_A

Directrice

Alison

Alison Paradis, Ph.D., est psychologue clinicienne et professeure au département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Elle est membre de l’Équipe sur la violence et la santé sexuelle (ÉVISSA) et membre au Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles (CRIPCAS). Elle s’intéresse principalement à la violence familiale, notamment la maltraitance dans l’enfance et la violence dans les relations intimes. L’objectif général de ses travaux de recherche vise l’intégration de variables individuelles, dyadiques, et familiales afin de contribuer à l’avancement des connaissances dans le domaine de la violence familiale et de dégager des pistes de prévention et d’intervention qui tiennent compte des enjeux relationnels. Plus spécifiquement, sa programmation de recherche actuelle se centre sur l’analyse des facteurs personnels, dyadiques et familiaux liés à la violence dans les relations amoureuses à l’adolescence. Elle s’intéresse également à l’étude et à la mise en œuvre de méthodologies permettant de mieux rendre compte des dynamiques familiales complexes.

Étudiant.es au doctorat

Andréanne Lapierre (candidate au D.Ps./Ph.D.) détient un baccalauréat en enseignement en adaptation scolaire et sociale. Elle s’intéresse à la perpétration de la violence interpersonnelle. Sa thèse doctorale porte sur la résolution de conflits dans les relations amoureuses à l’adolescence et examine les variations quotidiennes des facteurs individuels et contextuels menant à la violence.

Stéphanie Laforte (candidate au D.Ps.) détient un baccalauréat en psychologie à l’UQAM dans le cadre duquel elle a complété le profil Honors. Elle s’intéresse aux relations de couple, à la violence au sein de ces relations et à la présence attentive. Son essai doctoral examine, sous une perspective dyadique, l’attachement des partenaires amoureux et les comportements de cyber violence dans les relations amoureuses.

Marie-Ève Leclerc (candidate au D.Ps et Ph.D) détient un baccalauréat en psychologie, ainsi qu’une maîtrise en sciences biomédicale. Elle s’intéresse aux interventions pour le trouble de stress post-traumatique, ainsi qu’aux facteurs de rétablissement. Dans le cadre de son projet doctoral, elle est supervisée par Dr. Alison Paradis et Dr. Christophe Fortin. Elle étudiera les impacts de l’implication d’un proche significatif dans la thérapie chez les victimes d’un acte criminel avec violence.

Emily Todorov (candidate au D.Ps./Ph.D.) détient un baccalauréat en psychologie de l’université McGill. Elle s’intéresse à ce qui caractérise les relations interpersonnelles saines et satisfaisantes. Plus précisément, elle s’intéresse aux relations de couples et à la résolution de conflits efficace. Sa thèse doctorale portera sur la régulation émotionnelle, les stratégies de résolution de conflits et la satisfaction chez les couples adolescents. 

Michelle Dewar (candidate au D.Psy/Ph.D) détient un baccalauréat en psychologie de l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux expériences traumatiques, aux troubles liés au trauma, à la psychologie culturelle, à la coopération internationale et à la violence. Elle est co-supervisée par Dre. Alison Paradis et Dre. Pascale Brillon. Sa thèse doctorale portera sur les blessures morales, la détresse psychologique et le soutien social des travailleurs humanitaires canadiens expatriés.

Francis Morissette-Harvey (candidat au D.Ps et Ph.D) détient un baccalauréat en psychologie de l’Université du Québec à Montréal. Il poursuit actuellement un doctorat en psychologie (Psy.D/Ph.D) à cette même université sous la direction de Dre Alison Paradis et Dre Natacha Godbout. Ses intérêts de recherche s’articulent autour des traumas interpersonnels en enfance et leurs répercussions sur la vie adulte, particulièrement au sein du couple. Son projet doctoral porte sur le rôle de la présence attentive sur la dyade conjugale des survivants de trauma, ainsi que sur la perpétration de violence envers leur partenaire.

Camille-Andrée Rassart (candidate au D.Ps./Ph.D.) détient un baccalauréat en psychologie de l’Université Laval. Ses intérêts de recherche portent sur les traumas interpersonnels en enfance et leurs effets persistants sur l’identité, la régulation émotionnelle et les relations interpersonnelles à l’âge adulte. Dans le cadre de son projet doctoral, supervisée par Dre Alison Paradis et Dre Natacha Godbout, elle s’intéresse à l’identité et estime de soi parentale chez les survivants de traumas cumulatifs, le tout dans une perspective dyadique et longitudinale.

Andréanne Fortin (candidate au D. Ps./Ph. D.) détient un baccalauréat en psychologie de l’Université du Québec à Montréal. Elle s’intéresse à la gestion des conflits interpersonnels, ainsi qu’à la prévention de la violence dans les relations amoureuses. Elle est co-supervisée par Dre. Alison Paradis et Dre. Martine Hébert. Dans une perspective dyadique, sa thèse doctorale vise à mieux comprendre l’impact des expériences antérieures de violence sur la gestion des conflits quotidiens auprès de couples adolescents.

Courriel: fortin.andreanne.4@courrier.uqam.ca

Corinne Rochefort (candidate au D.Psy/Ph.D) détient un baccalauréat en psychologie à l’Université de Montréal ainsi qu’un D.E.S.S. en intervention comportementale auprès des personnes avec un trouble envahissant du développement à l’UQÀM. Ses intérêts de recherche portent sur le vécu des familles ayant un enfant présentant un trouble du développement. Elle est co-dirigée par Dre Alison Paradis et Dre Mélina Rivard. Sa thèse doctorale portera sur l’adaptation psychologique de la fratrie de personnes ayant un trouble du développement en présence de comportements problématiques.

Étudiant.es à la maîtrise

LEFAC_logo_web_02b

Jérémie Bouvier détient un baccalauréat en psychologie de l’Université du Québec à Montréal. Il s’intéresse aux interactions relationnelles lors des conflit amoureux à l’adolescence. Son projet de maîtrise est co-supervisé par Dre. Alison Paradis et Dre. Mylène Fernet. Son mémoire explorera les différentes stratégies de communication employées et les attributions en situation de conflit auprès des adolescents.

Étudiant.es au baccalauréat

Diplômés

Doctorat

Arielle Buch-Frohlich (2019)
Doctorat en psychologie, profil professionnel, UQAM.
“Suicidality, bullying and sexual harassment in adolescent girls with a history of sexual abuse” 

Maîtrise

Geneviève LaRoche (2014)
Maîtrise en sexologie Co-supervisée par Martine Hébert, Ph.D
“L’estime de soi et la violence dans les relations amoureuses chez les adolescentes victimes d’agression sexuelle à l’enfance” 

Baccalauréat

Laurie Fortin (2021)
Baccalauréat en psychologie, UQAM
Self-esteem in adolescence: The role of sex, relationship status, and victimization experiences in dating relationships.” 

Andréanne Sheehy (2021)
Baccalauréat en psychologie, UQAM
“A dyadic analysis of the role of emotional regulation in the relation between cumulative childhood interpersonal trauma and parental alliance.” 

Arianne Jean-Thorn (2020)
Baccalauréat en psychologie, UQAM
Validation de l’échelle de résilience CD-RISC-10 chez les mères d’enfants victimes d’agression sexuelle” 

Cindy Cracel (2020)
Baccalauréat en psychologie, UQAM
“Le rôle de la présence attentive dans le lien entre l’agression sexuelle en enfance et la détresse psychologique à l’âge adulte” 

Sarah Lebel (2019)
Baccalauréat en psychologie, UQAM.
“La consommation d’alcool, les difficultés de régulation émotionnelle et la cyber violence dans les relations amoureuses des adolescents ” 

Andréanne Fortin (2019)
Baccalauréat en psychologie, UQAM.
“Validation de l’adaptation francophone du Conflict Resolution Style Inventory auprès d’une population adolescente”

Top